Mère

Elle m’accueille dans son palais de nacre
Simple et pur
Parfait

A ses pieds je dépose les armes
En douceur
Soupire

Dans ses bras se dissolvent toutes mes résistances
Je me fonds
Rayonne

Son regard m’offre l’inespéré
La joie pure
L’infini

femme