Sexualité sacrée

Dans le froid et l’obscurité, elle a survécu, longtemps. Et puis un jour, au cœur de son être, elle a senti le moment d’entamer sa longue réalisation. Courageusement, héroïquement, elle a fait un pas vers elle-même. Un pas de quelques centimètres, mais qui lui permis néanmoins de percer la croûte terrestre.
L’air libre, enfin. Et au lever du jour, la délicieuse caresse du soleil. La douceur, la chaleur, le flot d’énergie tant attendus.

Maintenant qu’elle était lancée, elle ne pouvait plus s’arrêter de croître. Vers la Terre, elle étendait ses racines; vers le ciel, elle se déployait lentement. Petit à petit, elle sentait se former en elle l’éclat de sa couleur, particulière, la finesse de son parfum, unique.
Et quand elle fut prête, dans un rayon de soleil particulièrement engageant, elle ouvrit sa corolle. D’abord timidement, puis surprise elle-même par sa propre beauté, elle s’étira largement dans un élan spontané, s’offrant au monde.

Elle avait hâte de donner son pollen à un insecte butineur. Sa voisine la mit tout de suite en garde : « Tu verras, dit-elle, les bourdons sont goinfres et balourds. Ils prennent à peine le temps de nous regarder et de nous sentir. Les papillons ne sont guère mieux. Prétentieux, égoïstes, ils ne nous considèrent que dans la mesure où nous leur sommes utiles. »
Mais elle ne l’écoutait pas. Elle portait son attention sur les mouvements subtils de l’eau dans sa tige et dans ses feuilles, sur ses racines qui continuaient de se déployer, sur sa senteur qui s’intensifiait. Elle prenait plaisir à son épanouissement.

Lui était bien lancé, en direction de la ruche, mais il ne put que faire demi-tour en la voyant.
Elle rayonnait parmi les autres fleurs. Il n’aurait su dire précisément pourquoi, mais il sentait une force aussi mystérieuse que puissante l’attirer vers elle, comme un aimant.
Avec précaution, il se posa sur l’un de ses pétales. Ce qu’il était lisse et doux ! Son parfum l’enivrait déjà, ouvrant les portes de sa perception à un degré de beauté qu’il n’avait même jamais envisagé. Son idée était fixe et son intention claire; il s’approcha du cœur de la fleur.

Elle sentait la pureté de sa volonté, la fascination qu’il avait pour elle. Cela l’emplissait d’une joie profonde qui fit rougir un à un l’ensemble de ses pétales.
Toujours reliée au ciel et à la Terre, elle s’offrait entièrement à lui, demeurant le canal vivant de ces forces qui l’avait faite telle qu’elle était.

Tendrement, avec détermination, il plongea en elle. L’exquise puissance de leur rencontre les fascina, dans un instant d’éternité.
L’intelligence de la vie le guida jusqu’au centre de la fleur. Là où son nectar était le plus riche, le meilleur; là où si peu ont la chance de se rendre.
Une vague d’émerveillement les submergea quand ils eurent la vision commune du miel qui en serait tiré. Un miel à l’éclat doré éblouissant, à l’avant-goût d’ambroisie.
Qui profiterait aussi à d’autres, au-delà de leur union, diffusant en son sein la saveur diluée mais intacte de l’intensité solaire de leur amour. 

 

normal_abeille_butinant_une_jolie_fleur_rose

 

Publicités

3 réflexions sur “Sexualité sacrée

Les commentaires sont fermés.